Home / Editos / Et si l’on nous foutait la paix avec Zinedine Zidane ?!
4366-zidane-plus-motive-que-jamais-face-a-650x0-1

Et si l’on nous foutait la paix avec Zinedine Zidane ?!

« Zizou n’a toujours pas gagné avec l’équipe réserve du Real Madrid ce weekend », « Zizou a fait match nul avec la réserve », « Zizou n’y arrive toujours pas avec la réserve Merengue »…Voici les mots que nous entendons chaque lundi matin à l’écoute des résultats de notre football chéri. Jamais, nous n’avons eu droit à un suivi si scrupuleux des résultats d’un entraîneur à l’étranger d’une équipe de troisième division, même si l’équipe est le Real Madrid, même à propos d’un entraîneur français. Sauf qu’en France, Zinedine Zidane a une place sacrée qui le place au dessus de la notion « d’objectivité dans l’analyse ». Au delà de sa carrière de joueur qui parle pour elle, l’emballement médiatique ne doit-il pas (une bonne fois pour toute) cesser avant de brûler les ailes de cet entraîneur qui part pratiquement de zéro?

Zinedine Zidane est l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du football français, l’un des meilleurs de l’histoire du foot tout court. C’est dire l’importance et l’empreinte qu’il a laissées dans la mémoire collective. Même les nouvelles générations de joueurs d’une vingtaine d’années qui ont vu émerger depuis des Messi, Ronaldo ou autres citent encore l’ancien numéro 10 de la Juventus et du Real Madrid comme source d’inspiration de leur propre football. Néanmoins, malgré toute l’importance qu’il a laissée en tant que joueur et toute la réussite que tout amoureux du ballon lui souhaite sans sourciller, Zinedine Zidane vient de démarrer une carrière d’entraîneur où il repart complètement de zéro. Le principal intéressé le sait mieux que personne et a eu l’intelligence de ne pas foncer tête baissée dans le premier club venu avant de se former, de passer ses diplômes et de les obtenir. Depuis, il est devenu l’adjoint à la Casa Blanca de Carlo Ancelotti pour observer, écouter et de dessiner le patron du costume d’entraîneur numéro un d’un gros club, comme l’ont fait Ancelotti avec Sacchi en sélection ou Mourinho avec Van Gaal au Barça, pour ne citer qu’eux. Une fois cet apprentissage terminé, dont le rapport de stage s’est tout de même conclu par un titre joué jusqu’à la dernière journée, une Ligue des champions et une coupe du roi gagnées, l’ancien bordelais a pris l’option de privilégier le terrain et les prises de décisions qui n’appartiennent qu’à lui.

Et là où l’emballement médiatique voulait l’envoyer dans un club à la taille de sa carrière de joueur, le double ballon d’or a pris le parti de poser son derrière sur le banc de la réserve Merengue, en troisième division. Et c’est précisément là que tout cette déferlante journalistique est devenue déraisonné. De surcroît pour un entraîneur novice. De surcroît pour un entraîneur français d’une équipe réserve en troisième division espagnole.

Comment va-t-il expliquer l’inexplicable ?

Zizou a pris en ce début de saison les rênes de la réserve, fraîchement reléguée en troisième division, avec le lot de départs de joueurs majeurs que cela engendre. Par rapport à la saison passée où Zidane devait donner des directives à des cracks mondiaux qui comprenaient parfaitement le football et connaissaient à la lettre le mot « Autogestion », l’enfant chéri du foot français doit cette fois faire face à des jeunes joueurs dont certains n’ont même pas encore fini d’apprendre la totalité de leurs gammes footballistiques. Autant dire que nous sommes à des années lumières de ce qui était sa fonction l’année dernière.

Zidane a été double Ballon d’Or. Mais cette récompense n’a jamais été un passeport vers la réussite en  tant qu’entraîneur. Allez demander à Diego Maradona s’il est plus simple d’être un génie sur le terrain ou d’expliquer le football, d’un œil de génie, à des joueurs qui n’en seront jamais? Zizou faisait partie de cette catégorie de footballeurs qui s’exprimaient sur le terrain de manière géniale, au sens propre du terme. Il y avait dans ses gestes, sa clairvoyance, sa faculté de comprendre tout plus vite que les autres, quelque chose d’inexplicable que seul quelqu’un qui a un talent inné pouvait comprendre. Ainsi, comment cet entraîneur, qui exprimait à l’époque son football d’une manière purement instinctive, pourra-t-il faire comprendre à des joueurs qui n’auront jamais son « QI foot » ce qu’est le foot et comment il doit s’exprimer? C’est pratiquement comme si deux personnes parlaient deux langues différentes. L’une des première curiosités de sa fonction d’entraîneur sera dans sa manière de vulgariser sa géniale vision du foot aux joueurs « normaux ». C’est aussi l’une des raisons de ne pas déjà en faire des caisses et des caisses à son sujet et de rester encore pondéré.

La machine médiatique est une machine à laver où beaucoup de joueurs ont été crâmés avant même d’avoir eu le temps d’éclore. Parce qu’ils étaient soi-disant des génies et que la trajectoire de leur destinée ne devait passer que par la réussite. Ce mécanisme peut tout à fait avoir lieu pour les entraîneurs. Alors, taisons-nous chaque lundi matin sur le résultat du weekend de Zinedine Zidane, laissons-le grandir dans son coin, tranquillement. Le principal intéressé ne s’en portera que mieux. Et croyez bien, mesdames et messieurs, que si un jour Zidane accomplit des grandes choses à la tête d’une grande équipe, nous serons là à le mettre en exergue. D’ici-là, accordons-nous, accordez-nous un peu de tranquillité, s’il vous plaît, et foutez-nous la paix avec Zidane!

Vivien Couzelas

About Vivien Couzelas

Vivien Couzelas
Amis passionnés de football, Une fois le Diplôme Européen de Journaliste en poche et quelques expériences professionelles dans le journalisme plus tard, j'ai décidé de mettre sur pieds un site à l'image de ma conception du football :Quelque chose de sérieux mais sans prise de tête, quelque chose qui nous rend par moments cinglés mais en gardant du recul, quelque chose dont on ne peut pas se passer tout en ne restant que du sport.... J'espère que vous prendrez autant de plaisir à me lire que je prends chaque jour à faire un métier autour de ma passion. Amitiés sportives, Vivien

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>